top of page

Statistiques et faits sur le TSA


1. Selon une étude réalisée par le Centre de référence de l'autisme en Belgique francophone en 2016, la prévalence des Troubles du Spectre de l'Autisme (TSA) en Belgique est estimée à environ 1,6 % de la population âgée de 8 ans, soit environ 1 enfant sur 62.

Cependant, il est important de noter que cette estimation est basée sur une étude réalisée auprès d'enfants de 8 ans dans une région spécifique de Belgique francophone et ne peut pas être généralisée à l'ensemble du pays. Il est probable que les taux de prévalence de l'autisme varient en fonction de la région géographique et des méthodes d'évaluation utilisées.


2. Les TSA sont plus fréquents chez les garçons que chez les filles, avec une proportion de 4 à 1 selon une étude menée par Fombonne E en 2003 intitulée "Epidemiological surveys of autism and other pervasive developmental disorders: an update". Cette étude a examiné les données de plusieurs études épidémiologiques menées dans différents pays et a conclu que la prévalence des TSA était d'environ 4,3 fois plus élevée chez les garçons que chez les filles.

Cependant, il est important de noter que certaines études ont trouvé des ratios différents et que la prévalence des TSA chez les filles pourrait être sous-estimée en raison de différences dans la présentation clinique ou de biais dans l'identification et le diagnostic des TSA chez les filles.


3. Les TSA sont diagnostiqués plus fréquemment chez les enfants, mais peuvent persister à l'âge adulte.


Voici quelques références bibliographiques pour soutenir cette affirmation :


  • Howlin, P., & Moss, P. (2012). Adults with autism spectrum disorders. The Lancet, 380(9838), 350- 359.

  • Lai, M. C., Lombardo, M. V., & Baron-Cohen, S. (2014). Autism. The Lancet, 383(9920), 896-910.

  • Simonoff, E., Pickles, A., Charman, T., Chandler, S., Loucas, T., & Baird, G. (2008). Psychiatric disorders in children with autism spectrum disorders: prevalence, comorbidity, and associated factors in a population-derived sample. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 47(8), 921-929.

  • Howlin, P. (2000). Outcome in high-functioning adults with autism with and without early language delays: implications for the differentiation between autism and Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 30(6), 613-622.


Ces études montrent que bien que le diagnostic de TSA soit souvent posé pendant l'enfance, de nombreux individus continuent de présenter des traits autistiques à l'âge adulte. Ces études soulignent également que les besoins en matière de soutien et de services pour les adultes atteints de TSA sont souvent négligés.


4. Les TSA sont plus fréquents chez les frères et sœurs de personnes atteintes de TSA, avec une probabilité d'environ 20% de développer également un TSA.


Voici quelques références bibliographiques pour soutenir cette affirmation :

  • Ozonoff, S., Young, G. S., Landa, R. J., Brian, J., Bryson, S., Charman, T., ... & Zwaigenbaum, L. (2015). Diagnostic stability in young children at risk for autism spectrum disorder: a baby siblings research consortium study. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 56(9), 988-998.

  • Hallmayer, J., Cleveland, S., Torres, A., Phillips, J., Cohen, B., Torigoe, T., ... & Constantino, J. (2011). Genetic heritability and shared environmental factors among twin pairs with autism. Archives of general psychiatry, 68(11), 1095-1102.

  • Geschwind, D. H. (2011). Genetics of autism spectrum disorders. Trends in cognitive sciences, 15(9), 409-416.

Ces études montrent que les frères et sœurs de personnes atteintes de TSA ont un risque accru de développer également un TSA, avec une probabilité d'environ 20%. Il convient de noter que ce chiffre peut varier en fonction de plusieurs facteurs, notamment l'âge de l'enfant, le sexe et le degré de parenté avec la personne atteinte de TSA.


5. Les TSA sont plus fréquents chez les personnes ayant des antécédents familiaux de troubles neurodéveloppementaux.


Voici quelques références bibliographiques pour soutenir cette affirmation :


  • Levy, D., Ronemus, M., Yamrom, B., Lee, Y. H., Leotta, A., Kendall, J., ... & Wigler, M. (2011). Rare de novo and transmitted copy-number variation in autistic spectrum disorders. Neuron, 70(5), 886-897.

  • Robinson, E. B., St Pourcain, B., Anttila, V., Kosmicki, J. A., Bulik-Sullivan, B., Grove, J., ... & Daly, M. J. (2016). Genetic risk for autism spectrum disorders and neuropsychiatric variation in the general population. Nature genetics, 48(5), 552-555.

  • Sandin, S., Lichtenstein, P., Kuja-Halkola, R., Larsson, H., Hultman, C. M., & Reichenberg, A. (2014). The familial risk of autism. JAMA, 311(17), 1770-1777.


Ces études montrent que les antécédents familiaux de troubles neurodéveloppementaux, y compris les TSA, peuvent augmenter le risque de développer un TSA. Par exemple, une étude publiée dans JAMA a montré que les personnes ayant des frères et sœurs atteints de TSA étaient plus susceptibles d'avoir également un TSA, ainsi que d'autres troubles neurodéveloppementaux. Une autre étude a montré que les variants génétiques associés aux TSA étaient également associés à un risque accru de développer d'autres troubles psychiatriques, tels que la dépression et le trouble bipolaire. Ces résultats suggèrent que les TSA et les autres troubles neurodéveloppementaux ont des causes génétiques et environnementales communes.


6. Les TSA peuvent être accompagnés d'autres troubles, tels que des troubles de l'alimentation, des troubles du sommeil, des troubles anxieux et des troubles de l'attention.


7. Les coûts directs et indirects liés aux TSA peuvent être considérables, affectant les familles, les écoles et les services de santé.



Vous souhaitez nous contacter pour réaliser un bilan pluridisciplinaire diagnostique ? Contactez la Cellule Autisme du Centre Dyscolaire.



Florie Willaert

Orthopédagogue clinicienne

Fondatrice du Centre Dyscolaire et de la Cellule Autisme

72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page